Musique

Coup de coeur sortie musicale “Curve. Axis. Symmetry.” de LUNEAR

Caractéristiques de l’album:

  • CURVE. AXIS. SYMMETRY.
  • De: LUNEAR
  • Avec: SEB (Composition, Écriture, Batterie)
    PAUL (Composition, Chant principal, Clavier)
    JP: Composition, Guitares, Basses, Mixage
  • Genre: Concept album
  • Nombre de pistes: 12
  • Label: LUNEAR
  • Date de sortie: 21 avril 2020
  • Prix: Gratuit sur les plateformes de streaming musical et 10€ en version physique en le demandant au groupe ICI.

Il y a des journées qui commencent normalement et d’autres qui débutent par la découverte du nouvel album de Lunear

Deux ans séparent le premier opus du groupe intitulé “Many Miles Away” et “Curve. Axis. Symmetry.”. Une période qui peut paraître longue, mais qui se comprend aisément lorsque l’on écoute l’album. Lunear a su, en effet, mettre à profit ce temps pour affiner son style. L’ambiance pop des débuts a fait place à quelque chose de beaucoup plus audacieux.

Tout à commencé il y a quelques mois, pour nous auditeurs, avec la découverte de “Same player shoot again”. Un titre accrocheur, mais dont la réelle porté ne nous était pas encore dévoilée. Écouter ce morceau seul est un peu comme lire une page au hasard de “L’étranger” d’Albert Camus, le talent est là, mais l’essentiel nous échappe. Car voilà, tout est dit, “Curve. Axis. Symmetry.” est un concept album, c’est-à-dire que les titres qui le composent sont complémentaires et finissent par former une histoire. Un procédé déjà utilisé par les plus grands. Comment oublier des albums comme “Ziggy Stardustde David Bowie ouThe lamb lies down on broadwaydu groupe Genesis ?

Mais que nous raconte “Curve. Axis. Symmetry.”, nous demanderez-vous ? Et bien Lunear se propose de répondre à la question, “l’immortalité est-elle une bénédiction ou une malédiction ?”. Si à priori la réponse semble évidente, le développement de l’intrigue de l’album risque d’en surprendre plus d’un.

Sébastien Bournier (dont les habitués des Petites chroniques ont déjà entendu parler pour son album “La face lumineuse de Sousbock”) imagine un personnage qui découvre qu’il ne peut pas mourir. Si dans un premier temps il voit les possibilités infinies de pouvoir réaliser toutes ses envies, bientôt le cadeau va devenir pomme empoisonnée. Nous n’en dirons pas plus pour vous laisser découvrir ce conte moderne par vous même.

Enfin, parlons musique. La composition de l’album, que l’on doit aux trois membres du groupe (Jp, Paul et Seb) est quant à elle aussi audacieuse que les paroles. Une musique inspirée, tantôt zen, tantôt mélancolique. Pour faire court, “Curve. Axis. Symmetry.”, c’est le spleen, si cher à Charles Baudelaire, personnifié. La voix de Paul est un véritable enchantement. L’artiste nous glisse ses mots à l’oreille sans rien nous imposer et quel bonheur ! La batterie de Seb, vient relever discrètement (mais sûrement), la guitare de Jp ainsi que les claviers de Paul. Le tout dans une harmonie parfaite.

Pour résumer, si l’orgasme auditif existe “Curve. Axis. Symmetry.” va envoyer vos oreilles au septième ciel. Merci, Lunear pour ce moment suspendu !

Cette chronique a été réalisée à partir d’un album offert par Sébastien Bournier.

Notre note:
5/5

Comment here

*

code