Interviews

Interview de Jade-Rose Parker auteure de la pièce « Drôle de genre »

Bonjour Jade-Rose,
Pour ceux qui ne te connaîtraient pas, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Jade-Rose Parker, je suis auteure et comédienne.

Comment t’es venue l’idée de Drôle de genre ?

J’avais envie d’écrire une pièce autour du couple, mais ça a été tellement vu et revu au théâtre… Je cherchais un sujet moderne, et surtout original. Et puis je suis tombée par hasard un soir tard sur un reportage télé où une femme d’une cinquantaine d’années racontait sa vie. Ce n’est qu’au bout de plusieurs minutes que j’ai compris qu’elle était trans. Je l’ai trouvée très belle, et je n’aurais jamais deviné qu’elle était née homme si elle ne l’avait pas dit. Et si moi je ne l’avais pas deviné, je me suis dit qu’un homme aurait pu également ne pas le savoir… Partant de là, j’ai tiré le fil et je me suis demandée ce que ça donnerait s’il l’apprenait après 30 ans de mariage.

C’est un sujet sensible, n’as-tu pas eu peur des critiques ?

Ma pièce n’est pas une pièce militante, même si il est vrai que j’aborde un sujet qui fait souvent débat. Je n’ai pas eu peur des critiques, mais il était important pour moi de ne blesser personne par maladresse, c’est pourquoi j’ai fait un gros travail de recherche et de documentation en amont, pour maîtriser mon sujet. J’ai lu beaucoup de témoignages et j’ai discuté avec des personnes trans. On a également invité des personnes trans à lire la pièce et à venir la voir durant les répétitions. Leurs points de vue ont été précieux et elles ont beaucoup aimé la pièce, ce qui m’a vraiment réjouie. J’ai aussi reçu des messages hyper positifs de personnes trans ou de personnes dans l’entourage de personnes trans, chez qui la pièce a résonné particulièrement. C’était très touchant. Et aussi deux professeurs de médecine spécialistes des transitions m’ont écrit pour me dire que ma pièce était très juste. C’était très gratifiant.

Il est aussi beaucoup question de politique dans la pièce. Est-ce un sujet qui te préoccupe ?

Oui et non. Je ne suis pas engagée en politique mais j’ai, évidemment, des opinions. Cependant l’hypocrisie du discours politique est -malheureusement- un mal qui n’épargne aucun(e) politicien(ne). L’actualité récente nous a démontré que, à tort ou à raison, c’est un fait, on pouvait affirmer quelque chose au 20h devant des millions de français et faire exactement l’inverse 10 jours plus tard. 

Mais cette duplicité de discours n’est pas forcément préméditée. En politique ou pas d’ailleurs, on peut avoir de vraies convictions théoriques jusqu’à ce qu’on soit confronté personnellement, concrètement à une situation qui fait vaciller nos certitudes. C’est humain.

Est-ce que Victoria Abril et Lionel Astier se sont imposés à toi dans les rôles principaux ?

Je n’avais pas de comédiens en tête quand j’ai écrit ma pièce. La référence à Almodovar était là avant que Victoria ne lise, c’est fou ! Le producteur a lu le texte et l’a transmis à Victoria, je n’étais même pas au courant ! Mais il est vrai que c’était une évidence, et dès la première lecture j’en ai eu la confirmation. Lionnel est arrivé plus tard sur le projet (qui a été repoussé de deux ans en raison du covid), j’ai proposé son nom au producteur car je l’aimais beaucoup mais nous n’étions pas sûrs qu’il puisse se libérer car il avait un tournage. Nous avons quand même fait une lecture et dès la première page, on a échangé avec regard avec Victoria : on tenait notre François !

Comment les as-tu convaincus de te suivre dans cette aventure ?

Je ne les ai pas convaincus. La pièce les a convaincus !

Axel Huet est loin du rôle d’Antoine dans En famille. Était-ce volontaire de ta part de lui offrir (enfin) un rôle qui le mette en valeur ?

J’écris pour la série En Famille, c’est pourquoi j’avais déjà croisé deux ou trois fois Axel à des projections. C’est un excellent acteur, mais surtout un très bon camarade, ce qui est important quand on se retrouve en troupe comme ça sur de longues périodes. Je savais qu’il serait parfait dans le rôle de Julien Rachon, c’est pourquoi j’ai tenu à ce qu’il ait le rôle. Et il fait l’unanimité.

Tu joues toi-même dans la pièce. As-tu écrit ce rôle pour toi ?

Absolument ! On n’est jamais si bien servi que par soi-même ! Haha ! En réalité, j’avais envie de théâtre mais c’est un milieu très fermé et il est difficile d’y accéder si l’on n’est pas dans le répertoire du metteur en scène ou du producteur. Donc en écrivant le rôle pour moi, j’étais sûre de l’avoir, même si j’ai dû faire une lecture pour rassurer le prod !

Les acteurs font beaucoup participer le public, était-ce écrit ou cela s’est fait au fil des représentations ?

C’était écrit dès le départ, Lionnel (Astier) ajoute une ou deux phrases d’impro chaque soir, c’est très drôle, il s’amuse beaucoup avec ça. Casser le quatrième mur était quelque chose qui me tenait à cœur, et Jérémie (Lippmann)a beaucoup joué avec cela à la mise en scène, il a fait un travail formidable. Nous faisons participer les gens sans toutefois les mettre mal à l’aise, ce n’est pas le but. Et d’ailleurs, ils sont contents de donner leur avis, cela crée une complicité je trouve entre les acteurs et le public.

Quels sont tes projets ?

Monter Drôle de Genre à l’étranger, c’est déjà fait dans certains pays, d’ailleurs. Et monter mes autres pièces. J’y travaille… Et monter mes projets de série et de cinéma. J’y travaille aussi… J’écris toujours pour En Famille, ainsi que pour une nouvelle série « Nos meilleures années » qui devrait être diffusée prochainement. J’espère passer des castings bientôt, mais il est vrai qu’avec la tournée c’est compliqué de trouver le temps de tourner.

Enfin notre question fétiche. Quelle question ne t’a-t-on jamais posée, mais à laquelle tu aimerais répondre ?

C’est Steven Spielberg qui ne me l’a jamais posée :
« Tu es dispo pour tourner dans mon prochain film ? ». J’aimerais répondre:
« J’ai un planning chargé mais tu sais quoi
Steven, je vais me libérer ».
(j’ai pris la liberté de traduire notre conversation en français)

Propos recueillis le 19 novembre 2022.

Jade-Rose Parker. Crédit photo @MID

Encore un énorme merci à Jade-Rose Parker d’avoir accepté de répondre à nos questions.

Retrouvez-la sur sa page Facebook:
https://www.facebook.com/jroseparker

Et en tournée dans toute la France avec la pièce Drôle de genre.

Comment here