InterviewsMusique

Interview du slameur La Voix Basse

Bonjour La Voix Basse,
Tout d’abord, peux-tu te présenter à ceux qui ne te connaissent pas ? D’ailleurs, d’où vient ton blaze ?

Je suis slameur / rappeur et bassiste, membre du collectif Le QDCF (Quand Dire C’est Faire). J’anime des scènes slam avec l’association Rimes Croisées dont je suis le co fondateur. « La Voix Basse » vient de là, du plaisir d’écrire à la façon de transposer le texte à l’oral et le tout accompagné de mon instrument la guitare basse.

Comment vous êtes-vous rencontrés avec Vincent ?

Vincent est un ami de longue date, au moins 20 ans ! C’était un pote de mon grand frère, quand il venait à la maison on passait notre temps à parler musique et cinéma. Mon frère s’est fait détourner son ami dans le plus grand des calmes (rires).
Je commençais la Basse à l’époque, Vincent était déjà très doué à la guitare, il me filait des plans de lignes basses Funk à travailler. J’ai même le souvenir de lui avoir fait lire mon premier texte. Même à distance on ne s’est jamais lâché, toujours attentif aux projets artistiques que l’un ou l’autre pouvait mener.

Comment est venue l’idée de « Cœur vagabond »?

L’an dernier Vincent m’a invité à le suivre dans l’aventure radiophonique Mon Bo Ciné , où j’ai une pastille slam. L’idée est venue naturellement. Je pense que ça faisait même un moment que l’on cherchait à se retrouver sur un projet artistique commun sans trop se le dire.

Comment se sont répartis les rôles pour la création du titre ?

Vincent m’a proposé 3 productions musicales, je me suis laissé emporté par celle du titre. D’une part, elle m’a parlé directement et d’autre part elle me faisait sortir de ma zone de confort. Vincent a géré la partie musicale de A à Z, je me suis concentré sur l’écriture des couplets. Puis il y a eu la Vin’s Touch sur le refrain et le pont. Honnêtement entre le travail de Vincent, celui du label Nudacy Records, le travail de Sébastien Teissier autour du clip et celui de Kim sur le graphisme, j’étais en mode Royal au bar (rires).

Nous imaginons que Vincent Cateigne et toi n’habitez pas près l’un de l’autre (NDA: Vincent vit à Singapour). Comment s’est déroulé l’enregistrement ?

Effectivement, je suis en France à Beauvais, mais cela n’a pas été très difficile. Vincent m’a envoyé le son j’ai posé en studio grâce à mes acolytes Jf et Eddy que je remercie au passage. Puis on a envoyé la piste de la voix à Vincent qui a arrangé le tout comme un magicien.

Quels sont tes projets pour 2021 ?

Je suis actuellement sur la préparation de mon EP éponyme La Voix Basse . Que je travaille avec l’équipe du QDCF, Néobled et DJ Roswell. D’autres projets avec ce collectif sont à venir, mais pour le moment motus. Puis il y a toujours l’émission Mon Bo Ciné  sur Radio Grand Paris qui est de plus en plus fat et source de fierté. Puis pourquoi pas un autre projet avec Vincent, oui ceci est un appel du pied (rires).

Enfin, quelle question ne t’a-t-on jamais posée, mais à laquelle tu aimerais répondre?

Quelle est La recette des cookies de ta tante Solange?
Ce à quoi je répondrais que tu es bien renseigné, bien qu’un peu intrusif cher Edelric, mais que malheureusement si je te la donne tes jours seraient comptés (rires).

Merci  La voix Basse, pour tes réponses.
N’oubliez-pas d’allez lire, si ce n’est pas déjà fait,  notre chronique du single « Cœur vagabond » ici.

Propose recueillis, le  02 décembre 2020 et retranscrits d’après un fichier Word. 

Comment here

*

code