Livres

Critique « Django Reinhardt – Un musicien tsigane dans l’Europe nazie »

Caractéristiques de l’album:

Ça commence comme ça:

Si bon nombre de personnes ont déjà entendu parler de Django Reinhardt, peu connaissent vraiment son histoire. Musicien tsigane en plein apogée du nazisme en Europe, il était pourtant considéré (et l’est toujours aujourd’hui)  comme l’un des meilleurs artistes dans sa catégorie. Gérard Régnier (Docteur en histoire contemporaine) nous retrace ici le parcours atypique de ce génie du jazz. 

Ce que nous en pensons:

Si le nom de Gérard Régnier vous dit quelque chose, c’est soit que vous êtes un féru d’histoire, soit que vous avez lu notre critique de son précèdent ouvrage L’histoire des Zazous (que vous pouvez retrouver ici). Plus qu’un historien, l’auteur est à la fois détective et conteur. En effet, avant d’écrire un livre Gérard Régnier se documente afin de saisir toute l’essence de son sujet. Pour cela il fouille dans des ouvrages de référence, puis va chercher auprès d’acteurs ayant participé, de près ou de loin, aux faits qu’il relate, les petits détails qui font la différence. Ensuite, il analyse, regroupe puis vulgarise ses informations afin de pouvoir être lu, et surtout compris, de tous que nous soyons initiés ou novices. 

Difficile de parler de Django Reinhardt sans évoquer le contexte historique dans lequel l’artiste évoluait. C’est pourquoi Gérard Régnier nous propose avec Django Reinhardt – Un musicien tsigane dans l’Europe nazie, une sorte de mélange entre biographie et pan d’Histoire. D’ailleurs, le récit ne débute pas sur une naissance, mais sur quelques précisions historiques ainsi que sur les origines ethniques de l’artiste. Puis, plutôt qu’une chronologie dans les règles, l’auteur nous invite à découvrir Django Reinhardt au travers de divers thèmes comme En Allemagne, le jazz est-il interdit? ou Le retour des Américains… Chacun de ses chapitres étant lui-même divisé en sous-chapitres. Cela donne l’impression de lire un véritable roman. Un procédé simple qui brise le côté trop scolaire qu’aurait pu revêtir ce livre. 

Comme dans son précédent ouvrage, Gérard Régnier préfère à un « nous », certes très académique, un « je » plus fraternel. L’historien ne nous prend à aucun moment de haut et  nous raconte l’histoire de Django Reinhardt comme il le ferait au coin du feu pour des amis. Encore une fois, ce petit écart à l’étiquette permet aux lecteurs de profiter pleinement du texte sans qu’ils ne se sentent à l’extérieur d’un cercle d’initiés. Tout est référencé, expliqué simplement et sans condescendance de la part de l’auteur. Ce qui ressort vraiment de Django Reinhardt – Un musicien tsigane dans l’Europe nazie, c’est le besoin de partager et non d’instruire. 

Comment ne pas dévorer un livre aussi passionnant ? Plus qu’une biographie, Gérard Régnier nous offre un véritable pan d’histoire prouvant que l’art peut avoir raison de l’obscurantisme le plus total. Django Reinhardt – Un musicien tsigane dans l’Europe nazie permet d’en apprendre beaucoup sur l’une des plus grandes figures que le monde du jazz manouche ait connu tout en tordant le cou au passage à quelques idées reçues sur ce personnage. De plus, afin de rendre son ouvrage plus vivant, Gérard Régnier l’a agrémenté de quelques photos rares de l’artiste ainsi que de reproductions de documents illustrant ses propos. Quand la petite et la grande Histoire se croisent, cela ne peut que donner un ouvrage indispensable !

Cette chronique a été réalisée à partir d’un album offert par l’attachée de presse des Éditions L’Harmattan sous la demande de Gérard Régnier (que nous remercions de sa confiance).

Notre note:
4/5

Comment here